Si Mylambadi est un endroit détendu et calme, cela contraste fortement avec ses habitants qui, eux, sont très actifs et animés. La plupart des habitants du village possèdent une parcelle de terre agricoles et travaillent durement. Le village se réveille très tôt, dès le chant du coq.

C'est un endroit où tout le monde se connaît. Partout on l'y croise un visage amical.

Comme la plupart des autres endroits dans Kerala, les gens sont religieusement neutres, mais politiquement sensibles. La plupart des habitants savent également lire et écrire.

Un matin typique à Mylambadi commence par un verre de thé chaud au magasin du coin où ce ne sont pas moins de quatre journaux différents qui sont lus et scrupuleusement analysés.

Ce vieil homme, par exemple, avec sa grande moustache et vêtu de manière décontractée, peut pratiquement tous vous dire concernant le dossier de la bombe atomique nord-coréenne.

Ne soyez également pas surpris si son ami a lu tous les textes religieux des quatres coins du monde, y compris le livre tibétain des morts. Rapprochez-vous d'eux et leurs histoires couleront à flot.

Les plantations de café ornent de part et d'autre les ruelles sinueuses et étroites du village qui comprend également deux charmantes petites écoles – l'une d'entre elle nommé par mon grand-père – un petit bureau de poste – qui aurait joué un rôle majeur dans beaucoup d'histoires d'amour du village – un magasin de thé. Ajoutez-y un ruisseau et quelques charmantes maisons et vous aurez là le tableau presque complet de Mylambadi. Je vous laisse le soin de l'imaginer.